« Il n'y a pas meilleure ville que Zootopie, j'ai pu réaliser mes rêves. »
ㅡ Ben - 22 ans, mannequin
« Zootopie est une ville si jeune et qui ne s'arrête jamais, je suis fière d'y habiter. »
ㅡ Anna - 24 ans, fleuriste
« J'avais tout perdu et quand je suis arrivé ici, j'ai réussi à retrouver du travail, un logement, une famille... »
ㅡ Anonyme
« J'adore cette ville, je ne pourrais vivre nul part ailleurs ! »
ㅡ Isabella - 19, étudiante
« Zootopie m'a apporté bien plus que ce que j'espérais, c'est une ville si enrichissante. »
ㅡ Steeve - 35 ans, thérapeute

LE MAIRE
compte fondateur - mp
Zootopie est une ville cosmopolite où ne vivent que des thérianthropes et où chaque espèce cohabite avec les autres ; qu’on soit un prédateur ou une proie, tout le monde y est accepté.
  Idéalisée, cette ville à l'aspect utopique, est au centre de toutes les attentions, avec cette idée que tous les rêves sont possibles et que chacun y a sa place, que chacun peut devenir qui il souhaite - que chacun puisse devenir quelqu'un de meilleur.  Mais la vérité est bien loin de cette utopie véhiculée, puisque les inégalités sont encore d'actualité et que la discrimination au sein de la population ne fait que s'accroitre...

 Plongez alors au coeur d'une intrigue où vous devrez combattre et mener une lutte pour prouver que vous êtes plus que ça, que vous valez bien plus que ça.

08/06/18
ouverture du forum ✿
HUMAN OUTSIDE
LA MAISON
ELEMENTAL SKIN
CODE COSMO
AWAY
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto

insomnie ||| morgan
 :: château :: Premier étage :: Quartiers du personnel

Messages : 75
avatar
Cole Tucker
bibliothécaire stagiaire
Ven 19 Jan - 15:33




les yeux grands ouverts
morgan & cole
toi morgan ta mine affable et tes risettes
tellement comme il faut et surtout tout à fait à ta place
comme si le monde n'attendait que toi.
il suffit de voir les sourires avenants dans les couloirs et l'application des élèves qui empruntent des ouvrages pour tes cours et les mots bienveillants qui franchissent leurs lèvres parfois.
ça se fait pas ce que tu fais morgan j'ai aucune raison d'être infect avec toi mais tu me donnes pas le choix il le faut bien tu vois
j'ai cette envie irrépressible de mettre le monde au diapason de faire résonner la même impétuosité chez les autres car c'est la seule façon
que j'ai
d'être synchro.
les doigts couverts de poussière dorée à forcer de piocher dans un sachet format familial de goldfish crackers jusqu'à en faire une overdose
format familial rien que pour moi que j'achète à chaque fois alors que
y a pas d'parents ni d'frère ni d'sœur avec qui partager
c'est con hin
j'crois qu'j'vais vomir mais c'est qu'y a un grand vide là tout de suite c'est étrange c'est comme un manque à combler quelque part sous la gorge qui arrive tous les soirs à minuit
ponctuel
et je me dis que si je mange mange mange ça va passer
si je mets la musique plus fort ça va passer
et si ça ne passe pas j'augmenterai encore le volume, polluerai ta messagerie pour te faire réagir au quart de tour je l'espère
morgan.
— tfk ? (reçu)
— t dan ta piaule ? (reçu)
— vazy répond ou tu fais la gueule mdr (reçu)
— ptn tu saoules (reçu)

au début c'était simple de te mettre en colère mais les concessions ont du adoucir les humeurs et ça m'agace
ça m'agace que tu sois conciliant
j'sais mieux y faire quand on s'bat.
et t'as gagné allez
le temps de m'essuyer les mains et j'ouvre ma porte à la volée, pour aller toquer à la tienne
silence.
morgan me dis pas que tu te fais les ongles à minuit je te croirais pas ! le son était trop fort pas vrai du coup t'es véner c'est ça ?
je pourrais te laisser le temps d'arriver mais ça serait être trop poli
des accords sarcastiques dans la voix.
je m'en fous que tu sois en nuisette t'es trop vieux pour moi t'façon alors ouvre !
quelques octaves plus bas.
ouvre dis.


u're so f**ckin precious
when u smile





Messages : 111
Localisation : au fond d'un chaudron de bièraubeurre
avatar
E. Morgan Cooper
Directeur de l'ordre de la licorne et professeur des potions
Ven 19 Jan - 16:40

l'insomnie relative
tu dors. tu dormais. c'est du passé depuis que le téléphone a pas cessé de sonner ces cinq, six, sept, huit, dix tu sais plus dernière minutes. y a une possibilité pour que tu te lèves mais t'en as pas envie parce que putain tu l'as mérité ta nuit de sommeil, parce que t'es vanné que t'es mort, t'es fatigué et tout les superlatifs relatifs à ton état ensommeillé.
mais non, tu peux pas rester sans regarder, c'est ta curiosité qui te perd ce soir. et tu râle, qu'est-ce que tu râles pour quelqu'un d'aussi joli, tu râles, tu jures même. ce gosse est une plaie. ouais, mais tu peux pas t'empêcher d'être un peu compatissant au fond. c'est comme ça, t'as oublié d'être aveugle à la détresse, à la tristesse, la solitude, la peine des autres. et même si ton orgueil te pince la joue, tu te lèves quand même pour aller ouvrir ta porte quand tu l'entends derrière. oui, t'en en pyjama, un pyjama rose en satin de surcroît. un cadeau de ta sœur que t'aime beaucoup mais qui aurait pu s'abstenir pour cette fois. t'as les cheveux complètement emmêlés et la gueule enfarinée. tu fixes d'un œil mauvais le gamin à ta porte.
et puis dans un soupir, tes épaules s'abaissent.

« cole. il est minuit passé, je dormais. » simple rappel informatif de la situation, un grognement en ponctuation. tu le regardes, il a le visage barbouillé par ce que tu soupçonne être des miettes de crackers. des cernes sous les yeux. « la prochaine fois que tu me réveilles, je te colle à ton lit avec un sortilège pour toute la nuit. »

t'as l'air énervé, comme à chaque fois. mais maintenant, plus personne te prend vraiment au sérieux quand tu t'énerves... et ça t'énerves davantage.
seulement...  cole, c'est juste un gamin paumé, en manque de claque, sans repère d'autorité. alors tu fronces tes sourcils mais tu finiras bien par arrondir les angles, comme d'habitude. d'ailleurs, t'as pas encore refermé ta porte finalement, tu continues juste de le fixer.




— when i look in the mirror
baby i see it clearer
why you wanna be nearer

( merci vicky pour l'ava huhu)




Messages : 75
avatar
Cole Tucker
bibliothécaire stagiaire
Sam 20 Jan - 18:07



les yeux grands ouverts
morgan & cole
c'est pas joli ces mots dans la bouche d'une femme surtout que tu jures tellement fort qu'on t'entend jusque dans le couloir morgan
et ça fait remonter une risette à mes lèvres
que je conserve précieusement lorsque la porte s'ouvre.
l'antithèse de menaçant morgan si ton apparition cherchait à me décourager c'est raté car personne n'effraie dans la vulnérabilité du réveil.
cheveux édulcorés en vrac et pyjama rose débraillé
la moindre goutte de colère distillée dans bien trop d'affabilité
j'ai gagné
alors je me moque un peu de ton accueil de tes écueils
de sorcier.
ça serait abuser de ma condition de cracmol et j'suis sûr qu'y a moyen que j'te fasse un procès de ouf pour ça.
un regard par dessus ton épaule pour vérifier que tu mens pas parce que j'me méfie parfois j'oublie que le reste du monde dort la nuit
et puis pour éviter tes œillades une seconde aussi.
seule et unique lumière allumée au chevet les draps froissés où l'on devine le fantôme d'une présence tout juste enfuie.
faudrait que j'ai l'air coupable mais j'ai du mal
au lieu de ça
je reviens à toi avec un rictus espiègle comme on ne les aime pas
qui se fait passer pour ce qu'il n'est pas
de l'innocence.
puis c'est pas comme si j'interrompais quoi qu'ce ce soit ça va.
les sourcils qui se froncent comme si l'interrogation me heurtait tout à coup
c'est à moitié indiscret
à moitié provoc'
d'ailleurs du coup tu fais comment avec les meufs maint'nant ?? ça doit être prise de tête
j'me demande pour de vrai et j'aime bien t'embêter morgan j'y peux rien.


u're so f**ckin precious
when u smile





Messages : 111
Localisation : au fond d'un chaudron de bièraubeurre
avatar
E. Morgan Cooper
Directeur de l'ordre de la licorne et professeur des potions
Dim 21 Jan - 13:01

l'insomnie relative

t'es rouge un peu quand même morgan, rouge de colère et de honte, légèrement. honte d'apparaître à la vue de qui que ce soit dans ce pyjama. mais il est confortable, doux, et c'est un cadeau. c'est juste que t'aimes pas tellement l'idée qu'on puisse te voir dedans parce qu'avec t'as vraiment l'air d'une princesse. et cette ersatz de féminité édulcorée te fait tellement flipper, toi qui a l'impression de vivre dans un corps emprunté. tu soupires à nouveau. le mal est fait. tes yeux roulent dans tes orbites, agacé, y a ta veine qui commence à palpiter, celle qui orne ton front quand t'es vraiment énervé. cole fait partie de ces ados provocant qui n'ont pas d'autres moyens que d'agacer pour se faire entendre. il t'a pas fallut très longtemps pour le comprendre.
mais malgré toute le bien que tu lui souhaites la plupart du temps, cette nuit tu regrettes de ne pas pouvoir l'étrangler de tes propres mains.

« si tu es venu ici dans le seul but de m'exaspérer, cole, je te laisse retourner dans ta chambre. tu pourras prendre le temps de te débarbouiller de toutes les miettes de crackers collées à ton visage. » tu décroises tes bras pour venir frotter tes yeux fatigués.
qu'est-ce que t'as fait dans ta vie pour mériter autant de tracas et de rebondissements improbables ? à quel moment t'as foiré ton karma à ce point-là ?
c'est vrai que t'as été con quand t'été jeune, toi aussi, mais quand même...



— when i look in the mirror
baby i see it clearer
why you wanna be nearer

( merci vicky pour l'ava huhu)




Messages : 75
avatar
Cole Tucker
bibliothécaire stagiaire
Lun 22 Jan - 15:23



les yeux grands ouverts
morgan & cole
une ambition d'irriter mais pas au point d'atteindre le point de non-retour où visage et porte se ferment au nez j'essaye
sin cè re ment
d'avoir l'air coupable morgan je t'assure mais c'est que j'ai pas l'habitude et puis
j'imagine la sale tête que je dois avoir cent fois pire que la tienne et ça me donne pas trop envie de sourire alors je passe le revers de ma manche sur ma bouche
avec une mine confuse.
je demandais sérieusement t'aimes pas qu'on te pose des questions sur ta vie ? d'habitude les gens raffolent de ça ils savent que parler d'eux.
toi ça va morgan t'as cette pudeur modeste et c'est peut-être ça qui accorde à chacune de tes répliques une certaine valeur
comme s'il fallait mériter celle d'après parfois à tes coté on se retrouve obligé de faire mieux.
alors je tente d'être conciliant
de faire des com-pro-mis
t'entends ça morgan c'est un mot qui plaît beaucoup aux adultes ça nan ?
je suis pas venu JUSTE pour t'exaspérer puis c'est de ta faute une fois tu m'as dit qu'il fallait "pas hésiter" alors tu vois j'hésite pas.
ça me fait un peu mal de dire ça c'est comme si mon cœur avait froissé la phrase préalablement construite dans ma tête pour me la coincer rageusement dans la gorge parce que
c'est ce que dirait un pauvre môme flippé à une grande personne.
alors quand je développe je croise les bras et lève les yeux au ciel
ça montre bien que ça m'atteint pas.
j'arrive pas à dormir.
viens on parle.
viens on fait du café. ou du thé j'm'en fous si t'aimes ça hin, même si c'est un truc de fille.


u're so f**ckin precious
when u smile





Messages : 111
Localisation : au fond d'un chaudron de bièraubeurre
avatar
E. Morgan Cooper
Directeur de l'ordre de la licorne et professeur des potions
Lun 22 Jan - 20:47

l'insomnie relative

bien sur que non, tu soupires. bien sur que non tu murmures pour toi entre tes lèvres roses serrées. bien sur que non que t'aimes pas parler de ta vie, t'as du mal à te confier aux gens de ta famille, à ton frère, à ta sœur si aimante, à tes amis les plus proches. et puis c'est certainement pas à un gamin que tu confierais le poids de tes soucis, de tes angoisses, de la plaie béante dans qui lacère ton estime de toi-même. toutes ces questions que tu te poses quand tu t'arrêtes pour réfléchir à ce monstrueux fiasco qu'a été la préparation de cette satané potion. comment t'as pu te planter autant ?
cole reste au seuil mais tu sens son envie de rentrer, c'est comme un bébé kangourou un peu trop téméraire qui reviendrait à la poche maternelle pour pleurer de s'être fait marcher dessus. tu souris instinctivement parce que tu sais qu'il vivrait mal la comparaison. c'est un fanfaron. « c'est vrai. je l'ai dit. »

et de toute façon, tu sais pas dire non morgan, quand tu sors de ta classe, quand t'enlève ta cape de super prof, tu redeviens cet être humain brouillon qui sait pas refuser d'aider. qui sait pas dire non, même si parfois ça te rend bien con. « .... » tu tiques au trucs de filles - évidemment, la veine sur ton front est énorme maintenant. « allez, viens. j'vais faire du thé. » que tu dis doucement en le laissant passer devant toi. et, sur le seuil de ta chambre, tu lui colle une grande claque sur le haut de la tête parce que merde, faut pas pousser non plus. « tss. »




— when i look in the mirror
baby i see it clearer
why you wanna be nearer

( merci vicky pour l'ava huhu)




Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1