« Il n'y a pas meilleure ville que Zootopie, j'ai pu réaliser mes rêves. »
ㅡ Ben - 22 ans, mannequin
« Zootopie est une ville si jeune et qui ne s'arrête jamais, je suis fière d'y habiter. »
ㅡ Anna - 24 ans, fleuriste
« J'avais tout perdu et quand je suis arrivé ici, j'ai réussi à retrouver du travail, un logement, une famille... »
ㅡ Anonyme
« J'adore cette ville, je ne pourrais vivre nul part ailleurs ! »
ㅡ Isabella - 19, étudiante
« Zootopie m'a apporté bien plus que ce que j'espérais, c'est une ville si enrichissante. »
ㅡ Steeve - 35 ans, thérapeute

LE MAIRE
compte fondateur - mp
Zootopie est une ville cosmopolite où ne vivent que des thérianthropes et où chaque espèce cohabite avec les autres ; qu’on soit un prédateur ou une proie, tout le monde y est accepté.
  Idéalisée, cette ville à l'aspect utopique, est au centre de toutes les attentions, avec cette idée que tous les rêves sont possibles et que chacun y a sa place, que chacun peut devenir qui il souhaite - que chacun puisse devenir quelqu'un de meilleur.  Mais la vérité est bien loin de cette utopie véhiculée, puisque les inégalités sont encore d'actualité et que la discrimination au sein de la population ne fait que s'accroitre...

 Plongez alors au coeur d'une intrigue où vous devrez combattre et mener une lutte pour prouver que vous êtes plus que ça, que vous valez bien plus que ça.

08/06/18
ouverture du forum ✿
HUMAN OUTSIDE
LA MAISON
ELEMENTAL SKIN
CODE COSMO
AWAY
CHRONOSREP
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto



 

Elle est suicidaire celle-là ... [ft. Isibeal]
 :: rp

Invité
Invité
Mer 24 Jan - 1:34

Ariane sortait de la classe de Divination, son dernier cours de la journée et franchement elle était soulagée. Dernièrement, les sujets abordés dans celui-ci s’éloignaient de ses centres d’intérêts et cela le rendait de plus en plus ennuyeux. Ses choses sous son bras, les yeux fatigués et les cheveux légèrement désordonné, elle pressa le pas pour ne pas avoir à gérer quelqu’un souhaitant lui parler. Les couloirs d’Aghaistin étaient spécialement remplis à ce moment de la journée et la noiraude commençait déjà à étouffer. La seule solution qu’elle avait pour s’en sortir le plus vite possible était le parc, l’idée lui déplaisait avec le froid qui régnait en extérieur, mais c’était la preuve qu’elle y serait tranquille, même si elle pouvait tenir seulement dix petites minutes.

Elle se faufila rapidement à travers les élèves et réussi à atteindre son objectif. Il fallut à peine quelques secondes pour que le froid mordille son visage et ses mains. Bon … Au moins il n’y avait personne proche de son endroit favori, C’était déjà ça ! Elle se dirigea vers son arbre préféré en ignorant de son mieux la température. Un petit cinq minutes de marche plus tard, elle s’adossa finalement sur le large tronc, laissant son fessier se poser sur le sol sec et froid. C’est à ce moment seulement où elle se permit de souffler. L’air frais lui faisait le plus grand bien et elle se sentais bien plus libre maintenant qu’elle n’était plus au milieu de tous ces élèves. Les yeux fermés, abandonnant lentement ses pensées, Ariane se laissait bercer par toutes les bonnes odeurs de la nature. Le calme plat était presque imperturbable jusqu’à ce que des battements d’ailes se fassent entendre. Réouvrant les yeux, elle vit Onyx se poser devant elle. Souriante, elle commença à caresser doucement la tête noire de son corbeau qui demandait rien de plus. Le temps passait doucement et le corvidé commença à sautiller et picorer un peu autour de sa maitresse. Ariane saisit son téléphone qui reposait sur ses livres et commença à prendre quelques photos, autant du paysage que d’Onyx.

C’est en cherchant un nouvel angle pour une photo qu’elle aperçue une tête rousse qui se dirigeait droit vers elle. Alors là non, déjà que ça énervait la 7e qu’on la dérange dans ses moments de tranquillité, mais là elle n’avait pas envie de se coltiner cette Hippogriffe. Son air de découragement profond et d’irritation ne dissuada pas la nouvelle arrivante de s’arrêter non loin, n sourire fier aux lèvres. Que Dieu ait pitié.

- Oh mais c'est Miss Sortilège ! Oh j'aimerais un autographe s'te plaît ! Ohlala j'espère que j'te dérange pas trop hein ? T'es pas du genre à te vexer pour ça quand même ?

Elle lança ça d’un air faussement théâtral, visiblement une simple pique. De plus, son sourire fier s’était transformé en sourire narquois, comme si elle disait « Je te fais chier hein ? » Arianne poussa un long soupir d’agacement, le pire c’est qu’elle imitait bien la groupie chiante et que, dans d’autres situations, elle l’aurait bien rit. En plus elle savait très bien que la noiraude détestait se faire aborder dans ses moments de solitude, elles se tournaient autours depuis deux ans maintenant. Malgré ça, Miss Sortilège comme l’autre l’a appelée n’eut même pas le temps de répondre.

- Bonne imitation ? J'y ai mis tout mon cœur, genre vraiment. J'espère que j'te fais bien chier déjà. J'suis surtout venu pour Onyx.

Ariane roula des yeux, fermant le téléphone toujours dans sa main et se replaça contre son arbre en fermant les yeux.

- Tu es vraiment chiante, tu le sais Isibeal ? Onyx était en pleine séance photo là, t’as pas des choses à faire ? Genre sauter comme un élastique ou jouer avec un cheval en bois comme tous les enfants sorciers ? C’est vraiment pas le moment là.

Ariane mit bien l’emphase sur les mots « Isibeal », « Élastique » et « Enfant », c’était totalement puéril et indigne d’elle, mais c’était la tendance entre ces deux-là. Parfois Ariane embarquait dans son jeu et d’autres fois elle l’ignorait royalement jusqu’à ce qu’Isi s’épuise, ce qui pouvait être très long … Dans tous les cas, Isibeal était l’adolescente qu’Ariane adorait détester. Après tout, c’était l’une des seules qui osait s’attaquer à elle encore et encore. Le pire c’était que le froid commençait doucement à être insupportable, mais Ariane ne pouvait pas partir et offrir l’impression à Isi qu’elle a gagné, ça non. Jamais. Ariane pouvait être n’importe quoi, mais une lâche ? Non, inconcevable.




Invité
Invité
Mer 24 Jan - 9:32

Les étoiles se cherchent

Isibeal
Dempsey

Ariane C.
Byrne

Isibeal était vraiment une gamine. Immature comme pas deux, dans l'impossibilité d'analyser des propres sentiments alors elle déchargeait tout ça dans ce qu'elle savait faire le mieux : être chiante. La plupart du temps c'était involontaire, avec son côté colérique, son impulsivité et des meilleurs et à d'autres moments, c'était exactement ce qu'elle voulait faire. Elle a un petit côté taquin qui ne ressort qu'avec certains personnes, qui n'est pas vraiment là pour être méchant et pourtant, avec Ariane elle veut être méchante. Ou dû moins c'est ce qu'elle tente de se persuader. Elle se persuade de beaucoup de choses avec Ariane. La première serait qu'elle la déteste ce qui est horriblement faux. Elle fait semblant, et d'ailleurs elle joue très mal, parce qu'elle ne peut décemment pas apprécier une fille comme elle. C'est stupide hein ? Elle le sait bien. C'est juste plus fort qu'elle. Il n'y a rien de logique avec Ariane, il n'y a jamais rien eu de logique avec elle.

L'hippogriffe se souvient parfaitement de banquets auxquels elle avait assisté plus jeune, en présence de sa famille et de toute la clique sang-pur du pays, où la jeune Byrne était présente. A cette époque, la prestance et le charisme déjà quelque peu présent chez elle la fascinait. C'est toujours le cas et ça l'énerve, sans qu'elle sache vraiment pourquoi. Et ça aussi, ça l'énerve. Alors elle fait à moitié comme les grands, elle fait genre. Il y a ce côté gamin qui la fait chier et l'autre côté piqué à plusieurs personnes qui le fait sans se montrer affectée, en gardant une certaine distance, en se la jouant un peu. Se prendre pour ce qu'elle n'est pas n'a jamais été bénéfique pour elle, elle le sait mais c'est la seule chose qui la protège plus ou moins.

C'est à cause de tout ça qu'elle se trouvait devant elle, dans un coin du parc qui entourait le château, au milieu du froid et de la grisaille. Après une imitation des plus nulle, elle s'était redressée et avait balancé quelques mensonges. Et la brune y avait répondu, comme à son habitude. Enfin, pas vraiment. Parfois elle l'ignorait et ça la poussait à la détester encore plus et donc à l'emmerder encore plus.

Par contre, elle ne retint pas un soupir d'exaspération mêlé à de la colère s'échapper de ses lèvres à l'entente de son prénom une nouvelle fois écorché. Elle le savait très bien qu'elle avait horreur qu'on fasse ça. Elle le savait cette peste mais elle aussi, sous ses airs blasés et hautains, elle appuyait sur les endroits délicats. Stupides mais délicats.

« - Putain c'est si difficile de ne pas m'appeler par mon prénom ? lança la plus jeune. J'vais commencer à croire que t'es vraiment stupide. »

Et le reste elle s'en foutait. Elle l'avait presque coupé dans sa tirade de toute façon.

Provocatrice et voulant bien lui montrer qu'elle n'allait pas partir de si tôt, elle s'assit dans l'herbe, juste en face d'elle, et tendit la main alors que son corbeau Onyx venait lui quémander des caresses. Un sourire pour elle-même. Contrairement à sa maîtresse, ce petit n'était pas un mauvais bourge. Un peu casse-pied de temps en temps, certes, mais rien d'insurmontable. Elle savait que ça ennuyait beaucoup la licorne de voir qu'ils s'entendaient bien.




Invité
Invité
Mer 24 Jan - 18:10

Ariane savait très bien qu’Isi détestait pour mourir son prénom complet, ça l’a toujours été ainsi. Elle était capable de le dire à peu près correctement, mais sur ce coup elle se fit un plaisir de l’écorcher comme quelqu’un qui le dit pour la première fois. L’effet fût plus violent que prévu, l’Hippogriffe n’écouta même pas les autres piques de la Licorne, sautant directement sur « Isibeal ». La noiraude retint de son mieux un sourire amusé en l’entendant se scandaliser. Elle réagissait exactement comme elle le voulait : en enfant incapable de se contrôler qui part dans des éclats de voix sans fin.

Ariane réouvrit les yeux pour montrer clairement à la rousse à quel point sa petite insulte l’atteignait. Ce qui voulait dire pas du tout. Ariane essayait d’améliorer un minimum la répartie de la plus jeune parce que, mon dieu, avec l’entêtement dont elle faisait preuve elle pourrait faire bien des trucs si elle contrôlait un minimum son caractère explosif. La Licorne s’est toujours demandée si c’était un trait de famille, parce que à ce point c’était grave, elle ne serait même pas étonnée d’apprendre que la rousse fait des marathons en dormant. En soi, la noiraude ne comprenait pas du tout son propre comportement, habituellement elle ne donnait pas d’importance à ceux qui usaient de paroles sans fonds ave elle, mais cela faisait deux ans qu’elle s’acharnait avec Isi, essayer de l’améliorer ou simplement embarquer dans son jeu lorsqu’elle n’avait pas la force d’essayer de toucher à ce comportement insupportable. En plus il y avait aucune trace d’amélioration et c’était tellement frustrant ! Pourquoi est-ce qu’elle se faisait souffrir à se coltiner cette véritable tornade tandis qu’il n’y avait pas du tout d’intérêt. Ce n’était même pas amusant, simplement une plaie qui fait la tête dure.

Et pourtant, une partie d’elle ne voulait pas que ça s’arrête. Elle ne pouvait pas dire pourquoi, ni comment, mais à chaque fois il y avait cette partie d’elle qui la calmait et qui lui permettait de supporter Isi.

Ensuite l’Hippogriffe commença à caresser Onyx, l’Onyx d’Ariane. Oui ça la frustrait, non elle ne réagirait pas. Tant que la rousse ne faisait pas de mal à SON corbeau, tout était ok. Ariane se contenta de lui répondre d’un air fatigué.

- Aller Isi, je t’ai appris mieux que ça, tu crois vraiment que me traiter de stupide va m’atteindre ? Tu peux faire mieux, mets-toi confortable pour qu’on parle comme des adultes, même si tu tiens à peine deux minutes ce sera déjà ça.

C’était toujours comme ça, les deux commençaient par se piquer mutuellement et éventuellement Ariane essayait de calmer le jeu. Isi avait sûrement l’habitude aussi, la noiraude espérait qu’elle allait comprendre et se calmer un peu. Tant qu’à mourir de froid, valait mieux que ce soit en ayant une discussion civilisée.




Invité
Invité
Mer 24 Jan - 21:34

Les étoiles se cherchent

Isibeal
Dempsey

Ariane C.
Byrne

Les yeux levés au ciel, l'hippogriffe marmonna un « blablabla » alors qu'Ariane lui répondait. Affreusement désinvolte et immature. Mais elle s'en fichait. Elle avait déjà vu ce que ça faisait lorsqu'elle essayait de se la jouer, bien qu'elle ne pouvait s'empêcher de le faire parfois. Elle avait bien vu que d'essayer être quelqu'un d'autre ne lui allait tout simplement pas. Elle ne savait pas si elle avait envie d'essayer là. Ça ferait sans doute trop plaisir à Ariane et ça, il en était hors de question. Évidemment que la brune cherchait à lui donner un peu plus de répondant mais elle lui demandait également de ne plus être elle-même, ce qui était totalement impossible. Et bien mieux comme ça. De quoi l'ennuyer un peu plus.

Sa main se perdit dans les plume d'Onyx avec des caresses automatiques alors qu'elle relevait ses pupilles vers son interlocutrice. Elle se perdit quelques instants dans ses boucles noires et ses iris violets. Ça lui arrivait, de temps en temps. Il suffisait qu'elle la fixe un peu trop longtemps pour se surprendre à rêvasser. Et par Merlin, qu'est-ce que ça pouvait l'agacer ! Alors immédiatement, elle fronça les sourcils, baissa le regard et de son autre main commença à arracher quelques brins d'herbe. Histoire de canaliser tout ça. Peine perdue.

« - Vous me faites rire avec vos trucs d'adultes répliqua-t-elle. Si t'étais si mature que ça, tu t'amuserais pas à répondre à mes provocations qui ne sont visiblement pas assez bien pour toi. Elle força un sourire moqueur. Mais okay, si tu veux on peut jouer sur ton terrain cette fois. Alors, c'est quoi une conversation d'adulte, hm ? »

Voilà qu'elle se contredisait totalement. J'veux être immature et mature ! Elle pouvait dire ce qu'elle voulait, son immaturité l'emmerdait vraiment. Elle n'y connaissait rien à ces trucs d'adulte et elle aimerait bien savoir. Parce que la maturité n'avait aucun sens à ses yeux. La question avait déjà quitté ses lèvres quelques fois mais on ne cessait de lui répondre qu'elle comprendrait quand elle sera plus grande ou qu'elle devait retourner dans les jupes de sa mère. Pourquoi pas ses pantalons ? Bref, ça n'avait aucun sens et elle s'en retrouvait frustrée. Oui, elle aimerait qu'on la prenne un peu plus au sérieux mais son caractère en avait décidé autrement.

« - J'suis sûre que c'est de la merde et chiant à en mourir marmonna-t-elle ensuite plus pour elle-même. »

Ça, ça n'était définitivement pas mature. Franchement bravo Isi.

Un soupir face à son idiotie et elle posa un regard à moitié blasé, à moitié énervé sur son aînée, prête à l'écouter. Allez, balance-le ton super secret de la maturité si t'es si grande que ça.




Invité
Invité
Lun 29 Jan - 18:02

Ariane essaya de cacher un sourire venant percer son visage neutre en voyant Isibeal se lancer dans un geste d’exaspération. Voir ça faisait partie des plus belles choses que la Licorne avait vu à Aghaistin, elle ne se lasserait pas de parler avec la rousse si ce n’était pas de son côté bien trop enfantin. Après tout elle avait un sacré courage, elle était drôle et elle n’avait pas vraiment de filtre. Oui, même si Ariane se montrait découragée par le manque de tact d’Isi, à l’intérieur, où personne pouvait voir ce qu’elle pensait, elle appréciait cette sincérité exagérée qui avait tendance à pousser l’Hippogriffe à dire tout haut ce qu’elle pensait tout bas.

Et soudain, sans raison évidente, Les pupilles désinvoltes d’Isi se perdirent dans le visage d’Ariane. Ce qu’elle détestait ça quand elle faisait ça, elle n’était pas une œuvre d’art qui demande à être admirée sans gêne ! Le pire c’est qu’Ariane ne pouvait pas s’en défendre ! Premièrement, ça montrerait l’une de ses multiples faiblesses à Isi et jamais la noiraude n’oserait offrir cette victoire à l’Hippogriffe, jamais. Deuxièmement, une partie d’elle l’empêchait de se débattre face à cette attention unique, tout ce qu’elle pouvait faire c’était détourner le regard en attendant que l’autre arrête et en espérant qu’elle ne rougisse pas au point où que ça en soit visible.

Heureusement pour la Licorne, Isi arrêta de rêvasser rapidement, reprenant son air habituel. Bon, elle avait raison sur un point, Ariane n’hésitait pas à se rabaisser à son niveau et elle ne pouvait le justifier parce que c’était réellement stupide de sa part. Par contre, le sourire moqueur d’Isi était tellement exaspérant, c’était sûrement pour ça qu’Ariane se laissait aller dans ce petit jeu, pour remettre cette petite peste à sa place ! Oui, c’était sûrement pour ça. Ariane rigola un peu.

- C’est merveilleux de voir à quel point tu te contredis, tu t’en fiche de « ces trucs d’adultes », mais tu veux absolument voir c’est quoi ! Je n’ai pas la prétention de savoir exactement de quoi les adultes parlent et tout, mais j’imagine que c’est la capacité à avoir une discussion calme et civilisée. En plus, agir avec maturité ne veut pas dire vivre une vie plate et sans intérêt, c’est plutôt savoir se contrôler. Tu as sûrement déjà entendu ton père avoir des éclats de rire sonores lors d’un bon nombre de soirée arrosées avec ses amis, bah c’est pareil : savoir quand être sérieux et quand on peut se relâcher ! finalement, oui il m’arrive souvent de répondre à tes provocations comme une enfant blessée dans sa fierté, mais la perfection est imparfaite, n’est-ce pas ?

Ariane haussa un sourcil pour montrer à Isibeal qu’elle n’allait pas l’avoir si facilement sur son propre terrain de jeu. Bon, avec sa conclusion, c’était sûr que l’Hippogriffe allait essayer de se venger, surtout qu’elle était du genre à péter un câble pour ensuite réfléchir et réaliser que, comme d’habitude, Ariane avait raison. En tout cas, la Licorne espérait que c’est ce qui se passait une fois qu’elle s’en allait, si la rousse ne prenait pas le temps de réfléchir à ce qu’Ariane disait ce serait triste.

Onyx croassa en direction d’Isi, comme si lui aussi attendait sa réponse. Ariane dû relever son regard amusé pour se retenir de rire, ce n’était pas le meilleur moment pour se laisser aller à son hilarité.




Invité
Invité
Jeu 1 Fév - 9:11

Les étoiles se cherchent

Isibeal
Dempsey

Ariane C.
Byrne

Sa réponse lui cassait déjà les pieds alors qu'elle avait à peine prononcé cinq mots, ça commençait bien. Elle n'avait pas besoin d'elle pour savoir qu'elle se contredisait. Qu'est-ce que je ferais pas sans toi Ariane !

Ainsi, elle lui lança un regard blasé, communiquant ainsi tout son ennui face à sa réflexion affreusement inutile. Elle réussit tout de même à se taire, refrénant une remarque qui ne demandait qu'à sortir, ce qui relevait presque de l'exploit. Concernant la suite, elle prit ses paroles au sérieux et les nota mentalement. La licorne pouvait parfaitement lui raconter des bobards mais il suffisait d'y réfléchir un minimum pour voir que ça tenait quand même la route. Isi avait beau ne rien y connaître, elle décrivait le comportement de bon nombre d'adulte. Sauf que son père n'avait jamais eu des éclats de rire lors d'une soirée arrosée. Une soirée arrosée non plus d'ailleurs. Monsieur se montrait sérieux en toute circonstance, toujours dans les apparences. Beurk.  

Par contre, sa dernière phrase la laissa perplexe. Comment la perfection pouvait-elle être imparfaite alors qu'elle est parfaite ? Ça n'avait aucun sens, à moins qu'elle prenait la perfection pour quelque chose de subjectif. Les traits de son visage se plissèrent devant le visage satisfait de la brune. Quoi, elle s'imaginait avoir le dernier mot avec une phrase sans queue ni tête ? C'était la meilleure !

« - Ce que tu viens de dire là, sans vouloir te vexer ça a juste aucun sens répondit-elle avec un air perplexe. Aussi, mon père ne s'est jamais laissé aller à des éclats de rire souligna-t-elle, comme si ça avait une quelconque importance, en haussant les épaules, désespérée par l'attitude de son géniteur. Puis, comme je le pensais, ça m'a l'air bien chiant ces trucs d'adultes. »

Mauvaise foi bonjour. Elle savait que ça ferait trop plaisir à la noiraude de l'entendre dire que son point de vue était intéressant alors elle ne lui ferait pas ce plaisir. Néanmoins, elle savait aussi qu'elle n'était pas bête et qu'elle allait sans aucun doute deviner ce qu'elle pensait réellement, puisqu'elle a bien remarqué qu'elle était du genre à se contredire.

« - En plus, ça m'a plutôt l'air d'être des règles de savoir vivre. Et puis-Aie ! »

Elle porta immédiatement son doigt à sa bouche et jeta un regard noir à Onyx qui venait de lui pincer la peau sans aucune gêne. Le karma sans doute. Sous le regard inquisiteur de l'animal, elle poussa un soupir et rendit les armes. Elle n'avait aucune envie de se mettre à dos le corbeau avec sa mauvaise foi. Elle retira son doigt de sa bouche afin de regarder la plaie qui se remit à saigner. Mais rien de trop grave heureusement. Elle le remit à sa bouche avec une moue boudeuse, comme un enfant qui viendrait de se faire gronder. Totalement ce qui venait de se passer.




Invité
Invité
Lun 12 Fév - 18:15

La discussion commençait à bien aller, mais il fallait toujours voir ce qu’Isibeal avait à répondre. En général, c’était toujours à ce moment que cela se gâtait. Ariane avait l’impression que la rousse avait de la difficulté à considérer la vision des autres, après tout elle bougeait tellement qu’il devait être difficile de réfléchir calmement et de se contrôler pour essayer de comprendre quelqu’un d’autre. D’ailleurs, son regard blasé annonçait bien les couleurs de sa réponse, mais malgré tout, Ariane décida de rendre son mal en patience, espérant que la situation ne serait pas irrattrapable. L’espoir, ça c’était une chose à laquelle Ariane ne s’accrochait pas vraiment. Pourquoi espérer quelque chose quand tous les éléments à dispositions mènent à penser que la situation prendra une direction contraire à celle espérée ? C’était tout simplement futile.

Ariane était sur le point de répondre à propos de la perfection, mais Isi enchaina avec son père et la Licorne eut l’impression de se prendre une claque. C’était donc là-dedans que la rousse vivait ? Un endroit où l’apparence prime peu importe le moment, où le jeu ne s’arrêtait jamais … ? Sur le coup elle se sentit idiote d’avoir voulu se détacher de sa famille tandis que, en comparaison, celle d’Isi était carrément déshumanisante jusque dans la moelle ! Sur le coup, oui, la noiraude se sentait vraiment triste pour la plus jeune, mais ça faisait partie des nombreuses choses qu’elle ne voulait pas révéler si facilement. Redoutant que ses pupilles la trahissent, elle détourna les yeux le temps de reprendre contenance et enfin répondre comme si rien n’était.

- Bien sûr que la perfection est subjective, Isi. Imagine un cube positionné de telle façon que tu en vois une seule face. Cette face est parfaite, aucune imperfection etc. Par contre, lorsque tu tourne les cubes pour apprécier ses autres facettes, tu les vois moins droite, plus irrégulières et moins lisses, soudainement il n’est plus si parfait que ça. Bon ok, ça c’est logique. Ariane ria un peu gênée face à son mauvais exemple et resta silencieuse quelques instants pour en trouver un meilleur. Bon, imagine ce cube est parfait à 100%, absolument aucun défaut mise à part … le fait qu’il n’en a pas. Un truc ou quelqu’un qui est tout simplement parfait deviendrait banal, non ? Donc la perfection est imparfaite !

Ariane avait beau être fière de son deuxième exemple, la mauvaise foi d’Isi n’allait pas être facile à contourner. Elle commença à mentalement la supplier pour ne pas se fermer comme une huitre ou simplement dire que c’est stupide lorsqu’Onyx bequeta l’Hippogriffe sans avertissement. La réaction de cette dernière fût si mignonne qu’Ariane ne put s’empêcher de rire un peu. Ce n’était pas un rire moqueur, mais plutôt un rire pur face à une situation inusitée. Onyx pouvait être comme ça parfois, Ariane n’avait aucune idée s’il pouvait comprendre le comportement humain, mais elle avait l’impression que certaines choses chez certaines personnes ne lui plaisaient pas et il ne se gênait pas pour le montrer. En résumé, elle dorait son corbeau et, avec un peu de chance, ce mauvais traitement envers Isi la ferait réfléchir un peu, elle et sa mauvaise foi naturelle.

Code:
désolé bb pour le temps de réponses, je te dois des cookies ! <3




Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1