« Il n'y a pas meilleure ville que Zootopie, j'ai pu réaliser mes rêves. »
ㅡ Ben - 22 ans, mannequin
« Zootopie est une ville si jeune et qui ne s'arrête jamais, je suis fière d'y habiter. »
ㅡ Anna - 24 ans, fleuriste
« J'avais tout perdu et quand je suis arrivé ici, j'ai réussi à retrouver du travail, un logement, une famille... »
ㅡ Anonyme
« J'adore cette ville, je ne pourrais vivre nul part ailleurs ! »
ㅡ Isabella - 19, étudiante
« Zootopie m'a apporté bien plus que ce que j'espérais, c'est une ville si enrichissante. »
ㅡ Steeve - 35 ans, thérapeute

LE MAIRE
compte fondateur - mp
Zootopie est une ville cosmopolite où ne vivent que des thérianthropes et où chaque espèce cohabite avec les autres ; qu’on soit un prédateur ou une proie, tout le monde y est accepté.
  Idéalisée, cette ville à l'aspect utopique, est au centre de toutes les attentions, avec cette idée que tous les rêves sont possibles et que chacun y a sa place, que chacun peut devenir qui il souhaite - que chacun puisse devenir quelqu'un de meilleur.  Mais la vérité est bien loin de cette utopie véhiculée, puisque les inégalités sont encore d'actualité et que la discrimination au sein de la population ne fait que s'accroitre...

 Plongez alors au coeur d'une intrigue où vous devrez combattre et mener une lutte pour prouver que vous êtes plus que ça, que vous valez bien plus que ça.

08/06/18
ouverture du forum ✿
HUMAN OUTSIDE
LA MAISON
ELEMENTAL SKIN
CODE COSMO
AWAY
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto

La vérité aux étoiles | Iris [Flashback]
 :: rp

Invité
Invité
Ven 2 Fév - 19:33

La vérité aux étoiles

Isibeal
Dempsey

Iris L.
Wood

Tendant les bras vers le plafond, elle s'imagina le toucher du bout des doigts alors qu'elle s'étirait de tout son long. Elle venait de passer trois heures assise à écouter son prof faire un discours sur les niffleurs. A moins que c'était les salamandres ? Elle ne s'en souvenait même plus tellement ça l'avait rapidement ennuyé. Elle préférait largement les cours qu'ils avaient en plein air, à observer toutes sortes de créatures, sans oublier que la pratique était plus bien intéressante que la théorie.

Ses bras retombèrent mollement sur son bureau alors qu'elle jetait un regard morne à la salle de classe qui commençait à se vider. C'était le dernier cours de la journée pour certains alors que d'autres avaient encore une option qui suivait. Son regard plana quelques secondes sur le professeur avant qu'elle se lève après avoir croisé ses iris. Je me casse d'ici avant qu'il me demande quoique ce soit par rapport au cours. Le pire était que ça lui était déjà arrivé, à force de se retrouver tellement amorphe à la fin de certains cours, et elle finissait souvent pas écoper d'une retenue. Elle n'y pouvait rien si leurs cours étaient aussi barbants !

Rangeant le peu d'affaire qu'elle avait, elle remarqua du coin de l’œil Iris Wood, une cinquième année tout comme elle mais appartenant à l'ordre des licornes et à qui elle n'avait jamais parlé. La blonde posa un regard froid sur elle pas plus d'une seconde avant de se détourner pour quitter la salle de classe. Voilà, c'était la raison pour laquelle elle ne lui avait jamais parlé. Iris semblait ne pas pouvoir l'encadrer et Isibeal n'avait aucune idée pourquoi. Vraiment, elles n'avaient jamais échangé un seul mot alors comment pouvait-elle comprendre ? Elle pouvait bien la haïr pour son caractère explosif, comme certains et ces derniers ne se gênaient pas pour le dire alors pourquoi pas elle ? De ce qu'elle avait vu, la jeune fille ne semblait pas bavarde et même plutôt solitaire. Mais ça n'excusait en rien ces silences accompagnés de cette froideur. La rousse détestait les non-dit et voilà, aujourd'hui elle avait décidé qu'elle en avait marre, elle allait avoir le fin mot de cette histoire.

Fermant rapidement son sac avant de le mettre à son épaule, elle sortie de la salle à son tour et rattrapa sans difficulté la licorne dans le couloir.

« - Iris ! lança-t-elle pour que son interlocutrice s'arrête et se tourne vers elle. Bon écoute, j'sais pas du tout ce que je t'ai fait pour que tu me déteste et du coup j'aimerais bien savoir. J'suis trop bruyante c'est ça ? Trop bête, trop gamine, tout le temps en train de m'énerver ? Franchement dis le plutôt que de me regarder comme si t'allais me jeter un sort à la seconde parce que ça commence à me gaver. »

Elle avait croisé les bras, avait adopté un ton de réprimande et fronçait à présent les sourcils. Oui, elle était énervée. On pouvait bien la détester, elle s'en fichait, mais elle préférait de loin l’honnêteté même si cela signifiait lui cracher à la figure. Ses iris colériques observèrent le visage de marbre de son interlocutrice, qui ne laissait vraisemblablement entrevoir aucune émotion particulière. Tu la crache ta boule ou pas ?




Messages : 28
Localisation : Aghaistin
avatar
Iris L. Wood
ordre de la licorne
Lun 5 Fév - 18:07

with Isibeal

la vérité aux étoiles

Et voilà, c'est fini.

On vient annoncer la fin de la leçon après trois longues heures passées à écouter attentivement le professeur. Trois longues heures de concentration intense afin de récolter le maximum d'informations pour assurer une bonne note aux prochains JPP. C'était l'unique objectif qui animait tes journées ainsi que ton intérêt, Iris, formatée pour remplir le rôle de la petite fille modèle, toujours sage, toujours studieuse, toujours polie... Car, en dehors de cela, tu n'avais rien pour combler ce quotidien fade et insignifiant. Tu n'avais rien pour égayer chaque instant de ton existence. Tu n'avais rien d'autre en vue que ce but que tes parents t'ont inculqué depuis ton plus jeune âge.

Rien... Oui.

Tu ramasses tes affaires dans un geste lent et élégant digne de la grâce que tu dégages en permanence, balayant ensuite la salle de classe doucement plongée dans le silence. Ton regard remarque la présence d'une jeune fille à la chevelure enflammée, sur laquelle tu poses tes yeux un instant avant de t'en aller. Son prénom ne te revient pas instantanément, cependant tu es consciente que savoir qu'elle n'appartient guère au même ordre est le seul point important. Dans le fond, pourquoi devrais-tu te rappeler de qui il s'agit ? Pour elle non plus, tu n'as pas la moindre importance, Iris. Sans doute.

Pourtant, bien que tu ne lui aies jamais adressé la parole de ta vie, la jeune Hippogriffe a déjà dû éveiller une ou deux fois ton intérêt. Peut-être est-ce à cause de son style décontracté qui lui donne une allure sympathique ? Ou peut-être est-ce cette insouciance et cette personnalité explosive qu'elle dégage et qui contrastent avec ta nature qui la rendent légèrement intrigante ? Comme tous les autres, d'une certaine manière. Comme tous les autres qui ont cette petite étincelle qui les font briller à côté de toi, qui sembles si morne. Et comme tous les autres, tu te contenteras de leur adresser un regard furtif, sans le moindre mot, et sans la moindre salutation. Car jamais tu n'oserais entrer dans leur univers. Jamais.

Mais alors que tu t'aventures dans les couloirs, la posture aussi droite qu'un piquet et la démarche aussi silencieuse que celle d'une souris, ton nom résonne dans tes oreilles et titille ta curiosité. Tu as rarement l'occasion d'entendre ton prénom venant d'un élève, et encore plus rarement venant d'une Hippogriffe avec qui tu n'as jamais établi le moindre lien. Alors, tu te retournes doucement sans prononcer le moindre mot, et réalises qu'il s'agit justement de la rousse de tout à l'heure. Tu l'écoutes, tu l'écoutes attentivement sans saisir la signification de ses reproches ; il y a simplement cette légère pointe de culpabilité qui germe en remarquant sa posture dévoilant explicitement son agacement. Aurais-tu fait une bêtise, Iris ? Aurais-tu fait un faux pas ? Le simple fait que tu ne parviennes pas à le comprendre te stresse légèrement.


▬ Tu es... Isi... Isabelle, c'est ça ? répliques-tu un peu hésitante pour prendre la parole.


Toujours avec une expression neutre, et ne remarquant guère la maladresse que tu viens de faire, tu poursuis.


▬ J'ai un peu de mal à saisir ce que tu veux savoir à vrai dire... En toute honnêteté je n'éprouve aucune rancune à ton égard et n'ai aucune raison d'en avoir. Pourquoi penses-tu cela ? Qu'ai-je fait ? demandes-tu dans le plus grand calme, presque comme si cela ne te préoccupait pas, alors que c'est bien le contraire.


Qu'as-tu fait, Iris...? Tu ne sembles pas réaliser à quel point cette absence de sympathie dans ton regard le rend glacial.




by solvia




Invité
Invité
Sam 10 Fév - 18:38

La vérité aux étoiles

Isibeal
Dempsey

Iris L.
Wood

Isibeal cligna des yeux plusieurs fois lorsque la petite voix de son interlocutrice s'éleva. Attendez, elle ne sait même pas comment elle s'appelle alors qu'elle lui lance des regards à faire glacer le sang de certains ? Ouah fallait la faire celle-la. Elle se retint tout de même de lâcher le fond de sa pensée, se mordant limite l'intérieur de la joue et attendit que la licorne réponde à ses précédentes paroles.

Et au final elle avait bien fait de se taire, elle aurait sans doute empiré les choses vu ce qu'elle lui répondait. La petite rousse était perdue. Si la blonde disait vrai, elle se serait faite des idées pendant des mois et des mois. Mais vraiment, elle ne les avait pas imaginé ces regards quand même ! Même là elle semblait de marbre, visiblement loin d'être intéressée par cette conversation. Isi afficha un air  perdu pendant quelques secondes, les yeux ronds et la bouche entrouverte, de quoi passer pour une parfaite idiote.

« - Mais euh... Pourquoi tu me regarde genre de travers parfois ? C'est un peu bizarre ton histoire, t'es pas en train de te payer ma tête au moins ? »

Bien qu'Iris avait l'aspect d'une petite poupée parfaitement innocente, elle préférait rester sur ses gardes. Les personnes fourbes ce n'était pas ce qui manquait à Aghaistin, oh que non. Et elle pouvait bien sonder son regard aussi longtemps qu'elle le voulait, il était tellement inexpressif qu'elle n'en ressortirait rien du tout. C'était comme chercher une once d'intelligence dans les yeux d'un troll.

L'hippogriffe avait perdu sa posture défensive de tout à l'heure et avait à présent passé une de ses mains sur la lanière de son sac, au niveau de son épaule, et penchait la tête légèrement sur le côté tout en fixait son interlocutrice, cherchant à comprendre le fin mot de ce qui semblait être un merveilleux quiproquo. Elle n'était plus énervée, juste curieuse à présent, mais également méfiante. Si elle se fout de ma gueule ça va mal aller.




Messages : 28
Localisation : Aghaistin
avatar
Iris L. Wood
ordre de la licorne
Ven 16 Fév - 13:15

with Isibeal

la vérité aux étoiles

Quelques battements de cils étonnés viennent répondre à ta petite maladresse, signe évident que tu perçois sans réellement comprendre. Sans réellement comprendre car tu as toujours eu des difficultés à lire en les autres comme dans un livre ouvert – cela ne fait pas partie des dons ou des facilités desquels tu pourrais te vanter. Comme aucun autre talent.  Tu sens malgré tout que tes paroles la perdent petit à petit, comme si tu venais de briser une vérité à laquelle elle était intimement persuadée depuis des lustres.

Les yeux ronds, elle commence à insister sur ses idées préconçues, à te demander les raisons qui justifient cette froideur dans tes iris, ces regards de travers que tu lui lances au moindre contact visuel. Des regards noirs ? Ses dires ajoutent une pointe de stress et d'incompréhension à ton humeur, surtout lorsqu'elle prononce sa dernière phrase. Tu es sûre que tu ne te moques pas d’elle, Iris ? Désormais, te voici à ton tour légèrement déroutée, un peu perdue en découvrant cette allure que tu donnes, cette vision dont tu es la seule auteure mais que tu ne sembles aucunement contrôler. Toi qui faisais pourtant des efforts monstrueux pour paraître irréprochable.

▬ Non...

Un vague silence vient accentuer ce bref aveu, avant de venir l’expliciter.

▬ Non, je ne me moque pas de toi. répètes-tu un peu plus clairement, d'une voix douce.

Tu remarques alors que l’Hippogriffe a abandonné cette agressivité dans sa posture, comme si elle souhaitait bien croire malgré tout à cette histoire absurde, au fond d’elle. Et cela te procure une petite bouffée de soulagement, car tu n’as jamais réellement souhaité créer des problèmes. Tu as toujours préféré rester en retrait peut-être en partie pour ne jamais en causer. Peut-être.

La tête penchée de ton interlocutrice révèle une certaine interrogation de sa part. Toutefois des deux, tu sembles être celle qui se questionne le plus sur tes propres agissements. Des deux, tu es celle qui a envie de réponses sur ta propre personne.

▬ Des regards de travers… Cites-tu, avant de laisser planer ces mots murmurés quelques secondes. Quelle… Quelle impression je donne, d'après toi ? demandes-tu doucement.

Tu hésites un court instant, avant de poser une dernière question.

▬ Penses-tu que… je repousse les gens ?

Cela n'a presque pas de rapport quand on y pense.
Mais ça te tient à coeur.





by solvia




Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1