« Il n'y a pas meilleure ville que Zootopie, j'ai pu réaliser mes rêves. »
ㅡ Ben - 22 ans, mannequin
« Zootopie est une ville si jeune et qui ne s'arrête jamais, je suis fière d'y habiter. »
ㅡ Anna - 24 ans, fleuriste
« J'avais tout perdu et quand je suis arrivé ici, j'ai réussi à retrouver du travail, un logement, une famille... »
ㅡ Anonyme
« J'adore cette ville, je ne pourrais vivre nul part ailleurs ! »
ㅡ Isabella - 19, étudiante
« Zootopie m'a apporté bien plus que ce que j'espérais, c'est une ville si enrichissante. »
ㅡ Steeve - 35 ans, thérapeute

LE MAIRE
compte fondateur - mp
Zootopie est une ville cosmopolite où ne vivent que des thérianthropes et où chaque espèce cohabite avec les autres ; qu’on soit un prédateur ou une proie, tout le monde y est accepté.
  Idéalisée, cette ville à l'aspect utopique, est au centre de toutes les attentions, avec cette idée que tous les rêves sont possibles et que chacun y a sa place, que chacun peut devenir qui il souhaite - que chacun puisse devenir quelqu'un de meilleur.  Mais la vérité est bien loin de cette utopie véhiculée, puisque les inégalités sont encore d'actualité et que la discrimination au sein de la population ne fait que s'accroitre...

 Plongez alors au coeur d'une intrigue où vous devrez combattre et mener une lutte pour prouver que vous êtes plus que ça, que vous valez bien plus que ça.

08/06/18
ouverture du forum ✿
HUMAN OUTSIDE
LA MAISON
ELEMENTAL SKIN
CODE COSMO
AWAY
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto
parto

[SAINT PATRICK] don't make this awkward (rory)
 :: rp

Messages : 54
avatar
Yves MacLaren
Directrice de l'ordre du sombral et professeure de soins aux créatures magiques
Sam 10 Mar - 20:23

l'ambiance festive a eu tôt fait de laisser son empreinte sur elle : que ce soit du à la bière ou simplement à la bonne humeur quasiment palpable de la salle des ordres, le sourire collé à ses lèvres ne semble vouloir s'effacer. pourtant, un semblant de responsabilité demeure, et d'un oeil presque maternel elle couve les élèves présents, soucieuse d'éviter trop de débordements — ce serait après tout dommage de gâcher un si beau weekend.

son pas est léger alors qu'elle approche un groupe d'élèves qu'elle reconnaît comme étant des sixièmes années prenant part à ses cours ; quelques salutations, bribes de conversations échangées avant qu'elle n'en prennent congé avec un sourire. et c'est avec un certain naturel qu'elle ignore les regards mais accueille les compliments, un rire parfois s'échappant d'entre ses lèvres maquillées. autant tout prendre avec légèreté, au moins pour aujourd'hui, et mettre le possible embarras sur le dos de l'alcool et l'allégresse.

et c'est là que son regard se pose sur un autre élève. il y a beaucoup d'entrain dans sa descente, probablement un peu trop pour son propre bien. inévitablement ça l'interpelle, éveille son souci et Yves se rapproche. « La bière ne va pas disparaître de si tôt, tu sais. » il y a un rire dans sa voix, un sourire ourlant ses lèvres. d'un premier coup d'oeil, elle l'aurait presque confondu avec un élève, ne serait-ce que par sa stature : même perchée sur ses talons, elle ne le dépasse pas. « Ce serait dommage que j'ai à te raccompagner à ta chambre. » et c'est dit dans la moindre arrière-pensée.




Invité
Invité
Dim 11 Mar - 14:10


❝ Don't make this awkward

Tu bois trop. Mais ce n'est sûrement pas la soirée la plus alcoolisée que tu vas passer non plus. T'as fais pire que t'enfiler des pintes à seize heures jusqu'à la fin de la nuit. Des fois, pendant l'été, ça t'arrivait de commencer plus tôt, et de finir très tard, trop tard. Alors oui, il est seize heures, et tu es déjà bien trop joyeux pour ce milieu d'après-midi, mais al fête nationale c'est qu'une fois par an, alors autant en profiter jusqu'au bout, en plus, ça tombait en plein milieu d'une nuit sans lune et tu étais, avouons-le, au top de ta forme. L'alcool ne viendrait même pas faire des siennes avec la potion Tue-Loup. En soit, c'était donc sûrement l'une des meilleures Saint Patrick que tu passerais à l'école, sans compter que l'alcool était gratuit et infini. Gratuit et infini.

Une voix que tu ne reconnais que trop bien arrive à tes oreilles, et une légère grimace passe sur ton visage avant que tu ne te tournes totalement vers ta professeure de soins aux créatures magiques, lui souriant, taquin. Beaucoup trop taquin pour un professeur, sûrement.

Je me suis jeté à moi-même le défi de la faire totalement disparaître. J'me sacrifie pour les plus jeunes, vous voyez ? Faudrait pas que les gosses commencent à boire ce genre de choses, ça vous donnerait du travail en plus !

Tu ris légèrement en buvant une gorgée de ta bière avant d'en tendre une à ta professeure. Tes yeux s'aventurent sur son corps avant de remonter ton regard là où il le fallait en t'en rendant compte. Il fallait l'avouer, Yves MacLaren était une très, très belle femme, et il fallait être idiot pour ne pas tourner la tête à son passage, et qui étais-tu, toi, adolescent de dix-sept ans pour ne pas glisser un regard songeur sur ses courbes et son visage ?

Puis vous savez, vous pouvez me raccompagner dans votre chambre, si vous voulez pas me raccompagner dans la mienne.

Ton regard se fait sérieux quelques secondes avant que tu ne sirotes de nouveau ta bière, haussant les épaules, puis tu continues, sans trop lui laisser le temps de répondre :

Vous êtes très belle dans cette robe.

Tu t'étais toi aussi habillé en vert, mais beaucoup moins classe que ce qu'elle l'était elle. Un simple t-shirt vert, un jean et deux traits de peintures sur chacune de tes joues. Rien de bien méchant, mais juste pour te mettre aux couleurs de l'Irlande.

Tu lui lances un sourire, peut-être un peu trop charmeur, peut-être un peu trop joueur... mais après tout, c'était la Saint Patrick, tu étais bien trop alcoolisé pour un milieu d'après-midi, et en plus... c'était bien ta seule chance pour pouvoir draguer ta professeure un peu trop sexy en toute impunité.

17
mars





Messages : 54
avatar
Yves MacLaren
Directrice de l'ordre du sombral et professeure de soins aux créatures magiques
Jeu 15 Mar - 14:24

il a un sourire qui ne promet rien de sage en la voyant, et bien malgré elle, elle sourit un peu plus. il n'y a rien à imaginer après tout, elle professeur et lui élève — juste un jeune abusant un peu trop de l'alcool gracieusement offerte par l'école. oh, son excuse la fait sourire, même rire avant de doucement secouer la tête, incapable alors de refuser la chope qu'il lui tend. « C'est très généreux et courageux de ta part. Je suis sure que tes camarades t'en sont reconnaissants. » le rire dans sa voix est immanquable. ah, la légèreté de l'ambiance de ce week-end est plaisante, une bouffée d'air frais.

pourtant, Yves n'oublie pas ses obligations de professeurs, responsabilités qui pourtant ne sauraient tarir sa bonne humeur. et c'est avec un professionnalisme impeccable qu'elle ignore son regard, prétend qu'elle n'a pas remarqué ses œillades indiscrètes ; la vérité pourtant, c'est qu'elle s'en rend toujours compte, que ce soit lui ou les autres. elle a simplement appris à faire avec.

il la surprend cette fois-ci, et c'est un regard un peu confus qu'elle pose sur le sien, avant de finalement doucement pouffer de rire. nice try, buddy. pourtant, elle n'a pas le temps de répondre qu'il la prend en traître d'un compliment. ainsi, elle reste silencieuse quelques secondes à peine, avant de détourner le regard, sourire aux lèvres. « Merci. » que dire de plus? elle aime les compliments, autant l'admettre, et elle sait que cette robe lui sied. pourtant, ça la touche et très vite elle avale une gorgée de bière pour le dissimuler.

« Je crains fort que tu n'aies pas les bonnes qualifications pour y mettre les pieds. » elle préfère le ton de la blague pour lui répondre, éviter un malaise superflu. et puis, c'est un gentil garçon ou du moins n'en a-t-elle pas à se plaindre durant ses cours. « Et si je t'offrais un peu de ma compagnie pour te convaincre, hm? » tout à coup, il y a un entrain festif dans sa voix, tandis qu'elle prend place sur l'un des bancs, lui faisant signe de la rejoindre. « Sans parler que ce serait dommage de ne pas se rappeler de ce week-end, non? » ou peut-être que c'est ce qu'il cherche bien qu'elle en doute, ne désirant cependant pas assumer trop de chose à son sujet. et peut-être que c'est elle qui désire de la compagnie, malgré les festivités.






Invité
Invité
Jeu 15 Mar - 17:00


❝ Don't make this awkward

Elle te remercie, avec un regard sûrement un peu surpris, mais tu n'en as que faire, sirotant ta bière avec un peu moins de rapidité. Après tout, la journée ne faisait que commencer et d'après ce qu'avait annoncé le directeur, la fête pouvait continuer dans la salle des ordres toute la nuit durant. Puis elle reprends la parole après un instant de silence, et tu ne peux que hausser un sourcils surpris.

Qualifications, hein ?

Et un sourire peut-être un peu trop joueur vient étirer tes lèvres alors qu'elle part s'installer sur des nombreux petits bancs qui remplissent l'immense salle des ordres. Tu te laisses tomber à côté d'elle avec la grâce d'un cachalot, étirant tes jambes devant toi après avoir rempli de nouveau ta pinte. Tu la détailles un instant avant de détourner le regard alors qu'il se pose sur la piste de danse où de nombreux élèves chantent à tue-tête en même temps que le groupe du moment.

Et il faudrait quelles qualifications, pour que j'y mette les pieds ?

Rory tu es trop joueur, trop taquin, tu tires la corde, encore et encore, jusqu'à ce qu'elle ne se brise. Tu es dans l'excès, mais ce n'est pas très grave aujourd'hui. Alors tu tentes, tentes, encore et toujours, parce qu'après tout, c'était un peu comme si ce weekend était hors du temps, n'est-ce pas ?

Alors tu portes de nouveau ta bière à tes lèvres, en boit quelques gorgées avant de plonger ton regard vert dans le sien, et tu lui souris, trop joueur, trop taquin, trop dragueur pour un élève qui parle à sa professeure.

17
mars





Contenu sponsorisé





Page 1 sur 1